Le contexte du projet

  • Avant 2018, les états membres de l’Union européenne doivent mettre en place des modalités de validation communes.
  • La conférence internationale Erasmus + d’octobre 2015 a rappelé l’importance d’établir des liens entre la reconnaissance des compétences et l’employabilité, en particulier pour les populations peu qualifiés, non diplômées.
  • Si la volonté de reconnaître les compétences de ces populations est unanime, les approches méthodologiques, restent éclectiques et parfois peu formalisés.
  • Le Cadre Européen des Certifications semble l’un des outils qui permettrait d’établir des correspondances entre ces différentes démarches.
    Ce projet répond à la demande d’orientation et d’évaluation des publics peu qualifiés dans la perspective de leur employabilité.
  • La conférence internationale Erasmus +, organisée à Bruxelles les 13 et 14 octobre 2015 à l’initiative des trois agences européennes Erasmus + (France, Belgique, Luxembourg), a rappelé l’importance d’établir des liens entre la reconnaissance des compétences et l’employabilité, en particulier pour les populations peu qualifiés, non diplômées.
  • Si la volonté de reconnaître les compétences de ces populations est unanime, les entrées méthodologiques, les outils de mesure et d’évaluation, les liens avec la formation professionnelle – le travail et les certifications- restent eux, éclectiques et peu formalisés.
    Ce projet répond à la demande des professionnels de l’orientation et de l’évaluation des publics pas ou peu qualifiés, de l’éducation formelle et non formelle, souhaitant accentuer les liens entre leurs actions, leurs outils d’évaluation et l’employabilité des populations peu qualifiées.